Le Havre d'avant... ou l'histoire en photo de la ville du Havre et des Havrais avant la guerre...

Le Havre... toute l'histoire du Havre et des Havrais... avant le naufrage et les bombardements de 1944 ! Beaucoup de photos dans Le Havre d'aujourd'hui également...

03 juillet 2008

La Maison du Peuple, futur Eden

En 1839, on inaugure au Havre le Théâtre de Graville où se produiront surtout des acrobates. Il est situé à l'extrémité nord de la rue Neuve, devenu depuis cours de la République.

Le 24 août 1862, on inaugure au même endroit le théâtre de l'Ambigu, aussi appelé l'Ambigu havrais, situé au 160, cours de la République.

Cet établissement sera ensuite transformé en 1907 en une brasserie qui devint très vite Maison du Peuple.

A00280

Sur cette photo, on peut lire "Grand dépôt des vins naturels des paysans de Bessan, tous nos vins sont garantis pur jus de raisins frais." Est-ce à dire que les vins de l'époque n'étaient pas naturels, ou qu'ils n'étaient pas toujours fabriqués à partir de raisins frais ?

Cette brasserie deviendra ensuite salle de réunion, puis théâtre du peuple et enfin salle de cinéma populaire.

A00279

Sur cette photo datée de 1912, on peut voir le grand nombre de marins en grève. La Maison du Peuple servait souvent de refuge aux ouvriers havrais lorsque le Cercle Franklin leur était interdit.

Le 3 septembre 1920, le cinéma "Eden" ouvre ses portes à la place de la Maison du Peuple. Cette salle est exploitée par la Générale Cinéma de Paris. Comptant 1.400 places, cette salle était la plus grande du Havre.

Elle sera une des rares salles à rester ouverte en 1939, au début de la seconde guerre mondiale. Seulement, comme les autres salles havraises, elle est contrainte de fermer ses portes en juin 1940, avant de les rouvrir le 3 août 1940. Fin 1944, l'Eden fait partie des quatre cinémas havrais encore ouverts.

A00281

Après une période faste, l'Eden fermera ses portes le 20 juillet 1961.

Il sera remplacé par le magasin "Parunis". L'enseigne changera quelques années plus tard pour prendre le nom de Tati, enseigne qui existe toujours de nos jours, au même endroit.

Posté par Damien Patard à 01:14 - Les cinémas havrais - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • ton billet me fait remonter des souvenirs...C'est à l'EDEN que j'ai vu "la belle et le clochard" de Disney, ce devait être en 1957 ou 58...je ne sais plus exactement, j'étais tout minot...) merci
    amicalement.
    phyll

    Posté par phyll, 03 juillet 2008 à 18:34
  • Eden, Les Paradis Perdus

    La disparition du nouvel ÉDEN me pousse à écrire ce message.
    Mon film ne devait parler que des anciens cinémas et ce qu'il sont devenus.
    Aujourd'hui, l'histoire de la disparition des salles de quartier se répète. NE LES OUBLIONS PAS.

    Posté par Simon Quinart, 21 novembre 2008 à 14:25
  • Etsi un blogueur nous parlait du boxeur havrais Langlois - qui fut champion du monde ou challenger - mort accidentellement et de son épouse qui anima ensuite Cours de la République un cabaret sous le vocable de "Habana club" (sauf erreur ?).O.G.

    Posté par Otto Graf, 17 avril 2010 à 22:05
  • Ma jeunesse

    L'Eden? Je me souviens du film "Jeanne Eyre" (1944), puis les films de cow-boy avec Hopalong Cassidy, Tom' x. A l'entracte, depuis le balcon, les G.I. jetaient sur les spectateurs de l'orchestre, des captes gonflées faisant rappliquer la M.P. (police militaire américaine). L'armée US dépourvue de chauffeurs pour leurs G.M.C. utilisait des prisonniers allemands qui avaient quartier libre la semaine terminée. A l'Eden, les allemands avec leurs deux lettres PG peintes dans le dos, riaient bien des farces des jeunes recrues américaines. A la sortie du cinéma les allemands fumaient des "américaines", sous le nez des français en manque. Une époque ou le cercle Franklin, était transformé en snack-bar pour officiers, et particulièrement pour les officiers de marine US, qui revenaient au Havre toutes les trois semaines avec de nouvelles recrues. Bientôt, je vais rejoindre les étoiles (célestes et non US) voila pourquoi ce petit rappel pour les jeunes havrais qui n'ont pas connus cette curieuse période. Dédé.

    Posté par Dédé, 02 novembre 2014 à 16:53
  • Pardon jeune homme, Pierre Langlois, boxeur, naquit "d'laut coté d'liau". (C'est ainsi que parlait le petit peuple du Hévre, lorsqu'il n'y avait ni pont de Tancarville, ni pont de Brotonne, ni pont de Normandie... ) T'es pas du coin té? Dédé

    Posté par Dédé, 02 novembre 2014 à 17:17

Poster un commentaire