Le Havre d'avant... ou l'histoire en photo de la ville du Havre et des Havrais avant la guerre...

Le Havre... toute l'histoire du Havre et des Havrais... avant le naufrage et les bombardements de 1944 ! Beaucoup de photos dans Le Havre d'aujourd'hui également...

07 juillet 2008

La première Bourse du Havre...

A00258

Il y a quelques temps, j'avais évoqué dans un billet la première place de la Bourse du Havre. Je vais aujourd'hui vous parler de la Bourse en question. Ce billet sera le premier d'une petite série retraçant l'histoire des différentes bourses que connut Le Havre entre la fin du XVIIIème siècle et 1944.

En 1774, les négociants du Havre adressent une demande à la Municipalité en vue d'obtenir la libre disposition d'un terrain communal situé entre la Tour François Ier et la Porte du Perrey, où depuis longtemps ils tiennent leurs assemblées journalières. Leur intention est d'y faire construire un bâtiment à usage de Bourse.

Dans ce but, des souscriptions auprès des dits négociants avaient été recueillies.

L'assemblée générale de la communauté, par délibération du 24 octobre 1774, donne son consentement à l'abandon sollicité. Dans cette délibération, il est stipulé que le bâtiment aura 24 à 25 pieds carrés et que le surplus de terrain sera fermé par une balustrade et planté d'arbres pour servir de place publique.

Seulement, les préoccupations causées par la guerre d'indépendance des Etats-Unis d'Amérique et par la guerre avec l'Angleterre ajournèrent l'exécution du projet. Il ne fut repris qu'en 1784.

C'est Madame de Villeneuve, femme du lieutenant du Roi, qui posa la première pierre de la nouvelle bourse des négociants. L'édifice s'élevait sur l'ancienne place d'armes, près de la Tour François Ier, sur un terrain qui faisait face au logis du Roy, jadis premier Hôtel de Ville du Havre. C'est à cet endroit que quelques années plus tard, on construisit le Musée des Beaux-Arts.

A00288

A l'occasion de la pose de la première pierre de la Bourse des négociants, on fit graver une plaque que l'on retrouva dans les fondations du bâtiment lors de sa démolition en 1862. Dessus, on pouvait lire ces mots :

A00286

Au départ, cette nouvelle Bourse n'eut cependant pas d'existence légale, d'autant plus qu'elle fut fermée pendant la Révolution. Le bâtiment servit même d'atelier d'équipement pendant cette période. Il ne fut rendu au Commerce qu'en 1801 par un arrêté du 7 thermidor an IX (26 juillet 1801).

La Bourse se tenait tous les jours de midi à deux heures, son ouverture et sa clôture étant annoncées par le son d'une cloche. Au fil des années, les horaires d'ouverture finirent par se décaler et se réduire si bien qu'en 1830, la Bourse n'était plus ouverte que de deux heures à trois heures.

Depuis 1784, le nombre de personnes fréquentant la Bourse s'étant considérablement accru, l'installation finit par se révéler insuffisante. Voici le croquis qu'en fait Jacques Augustin Gaillard dans les années 1810-1820 afin d'illustrer son Histoire du Havre et des Havrais, écrite entre 1810 et 1824.

A00284

Dès 1821, en vue de remédier à cette situation préoccupante pour les affaires des négociants, on cherche à agrandir ou à déplacer la dite bourse. Plusieurs projets sont alors proposés, mais aucun n'aboutit réellement.

Finalement, faute de solution recueillant l'unanimité des suffrages, on finit par opter en 1835 pour la construction d'un péristyle en avant de l'ancien local, afin de remédier à l'insuffisance de la salle, mais surtout de procurer un abri aux négociants en cas de mauvais temps. Les travaux s'achevèrent en juillet 1836.

Cependant, le bâtiment se révélait décidément trop petit et on finit par l'abandonner en 1840. Les négociants prirent alors le parti de se transporter place Louis XVI, mais là-encore, ils étaient sans abri en cas de mauvais temps... leur seule ressource était alors de se réfugier sous les arcades des maisons situées de chaque côté du Théâtre. Un an plus tard, en 1841, le Tribunal de Commerce qui siégeait dans l'ancien Hôtel de Ville (le Logis du Roy) depuis 1792 est lui aussi transféré au 15, rue de la Halle. C'est ainsi tout le centre des affaires des négociants qui quitte l'ancienne place d'Armes (place François Ier ou place des Pilotes).

A00285

En 1862, on démolit définitivement l'ancien bâtiment de la Bourse afin de permettre l'exécution des travaux d'élargissement de l'entrée du port. Un grand chantier s'est engagé dans ce secteur puisqu'un an plus tôt, on a commencé la démolition de la Tour François Ier. On a aussi démoli la Porte du Perrey et les remparts qui l'avoisinaient et rejoignaient la Tour François Ier. En 1864, on achève le deuxième brise-lames et on livre l'anse des pilotes à ses usagers. C'est la fin de la place d'armes. En 1865, on démolit l'Hôtel de Beauvoir qui servit un temps de second Hôtel de ville et enfin, en 1867, on achève la démolition de la Tour François Ier. La photo suivante prise probablement en 1860 est une des dernières de ce quartier en l'état, quartier qui fut pendant longtemps le centre des affaires des négociants. On constate que les travaux d'élargissement de l'entrée du port ont déjà bien avancés...

A00289

C'est à cette même époque que les négociants désignèrent comme Bourse légale le rez-de-chaussée d'une maison formant un des angles de la rue de la Chaussée et de la Place de la Mâture...

A00287

Posté par Damien Patard à 16:14 - Les édifices non religieux - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Comme d'habitude encore une très intéressante leçon d'Histoire sur notre ville où on apprend et découvre beaucoup de choses sur son passé.

    Amicalement.

    Posté par YLLEN, 08 juillet 2008 à 22:15
  • d'accord avec Yllen, et il faut saluer l'important travail de recherches avant de nous faire partager ces infos.

    Posté par phyll, 09 juillet 2008 à 01:06

Poster un commentaire